Photo en DR – épisode 2 (suite et fin)

Il y a quelques temps, j’ai eu la (mauvaise) surprise de découvrir l’une de mes photos dans un journal qui l’avait utilisée sans mon autorisation et sans mon crédit… voir le 1er article ici

Sur le blog, j’en étais resté au contact avec le journal. En fait, le contact fut assez direct: lettre recommandée avec accusé de réception directement adressée au directeur de la publication. Dans ce courrier, j’avais glissé une facture et une lettre explicative (utilisation de la photo sans mon autorisation…).

Pourquoi envoyer directement la facture.

En envoyant directement la facture, je me suis placé en position de force: vous avez utilisé ma photo, vous payez, c’est vous qui êtes demandeur de l’utilisation (et en plus vous avez été pris la main dans le sac). C’est comme lorsque vous entrez dans un magasin, si vous voulez en ressortir avec quelque chose, il faut payer. Les photos, c’est pareil!
Si j’avais commencé par les contacter par téléphone, je me serai placé en position de demandeur:

je vous appelle parce que j’ai vu que vous aviez utilisé l’une de mes photos, je voulais me faire payer…

et là, les réponses (qui ressortent à chaque fois):

– On a trouvé la photo sur le net, c’est gratuit… (du coup faut leur expliquer que tout n’est pas gratuit, pas certain du tout de se faire payer…)

– Quelqu’un du club nous l’a donnée (là, tu peux pas faire grand chose…)

– Chaque photo est payée XXX€ (enfin c’est pas non plus un nombre à 3 chiffres, c’est 1 voir 2. Dans ce cas là, tu prend ton petit mouchoir, tu le pose sur ton honneur, et tu peux t’assoir dessus….)

Réalité vs Fiction, ce qu’il c’est passé dans mon cas:

Dans mon cas, lettre RAR envoyée, 2-3 jours après, je reçois l’accusé de réception, tout se passe comme prévue (c’était pas trop dur jusque là…).
La surprise, enfin je m’y attendais, c’est que j’ai reçu un coup de téléphone du directeur de publication, un monsieur pas très charmant, un peu agacé d’avoir reçu une facture aussi salée et la lettre explicative qui va avec.

Le Lundi 8 décembre 2014, vous avez publié un article concernant le club de Rugby  Stade Rouennais illustré d’une photo que vous n’avez pas oublié de créditer D.R.

Je tenais à vous informer que je suis l’auteur de cette photo, qu’elle a déjà été publiée  dans le journal local Tendance Ouest Rouen où je suis correspondant. Je tenais à vous préciser que lors de l’utilisation de la-dite photo, celle-ci portait la mention « credit photo: FLOHIC Romain ».
Ni le journal Tendance Ouest, ni moi même n’avons été sollicité pour l’utilisation de cette photo. Nous pourrions qualifier ceci de vol.

Sur ce, je vous transmets une facture basée sur le barème de l’UPP en plus de frais engendrés par mes recherches et démarches en conseil juridique.
Merci de régler cela au plus vite. La prochaine fois que vous souhaitez utiliser une de mes photos, vous avez maintenant mes coordonnées.

Dans un premier temps, le directeur de la publi s’excuse, me dit que c’est un secrétaire de rédaction qui a fait ça (il a pas accusé de stagiaire, heureusement…) que le gars avait eu une bonne explication… bla bla bla… n’empêche que le mal était fait.
Ensuite, il essai de retourner la situation:

j’aurai préféré que vous m’appeliez pour qu’on puisse en discuter, ça ne se fait pas d’envoyer une facture comme ça, et avec une lettre comme ça….

Un peu agacé, j’essaie quand même de rester courtois et j’essaie de lui faire comprendre que c’est lui (enfin son journal, je me fou de savoir qui a fait ça) qui a utilisé la photo et que l’ordre normale des choses c’est plutôt l’inverse de ce qu’ils ont fait… que du coup j’étais en droit de demander ce qu’il m’était dû. Le ton commence à monter et mon interlocuteur ne lâche pas : ça ne se fait pas d’envoyer une facture… Je lui réponds que c’est ce qu’ils ont fait qui ne se fait pas, et que cela pourrait être considéré comme du vol de photo et que j’ai été bien gentil de ne pas avoir envoyé un avocat directement. Bref, les esprits se calment et il me dit que ma facture est montée très haut dans la hiérarchie et quelle sera payer…. J’attends.

Rien n’est jamais gagné

Comme disait st Thomas, “je ne crois que ce que je vois”…. ben moi avec les factures c’est pareil, je la considère réglée que lorsque l’argent est sur mon compte, et j’avais raison (encore une fois).
Au bout de quelques temps, plus d’1 mois à vrai dire, toujours pas de nouvelle de ma facture, pas de virement, pas de chèque… je décide de relancer ce cher directeur de la publication. Au téléphone, je prend mon air aimable (pour une fois) et lui rappelle gentiment notre conversation du (plus d’1) mois passé. Lui, pas du tout aimable, me dit que c’est réglé de son coté et essaye de m’évincer, je ne lâche rien et lui demande qui je dois contacter pour savoir si c’est effectivement bien réglé. Et là, j’aurai cru me retrouver dans le film des 12 travaux d’Astérix lors qu’il cherche le laissé passé…

bref, j’ai le contacte d’une dame: “Si votre facture n’a pas été réglée c’est que je ne l’ai pas eu” …. j’ai répliqué que j’avais l’accusé de réception dans la main donc sa société DEVAIT avoir eu cette fameuse facture. Elle comprend et me demande de lui renvoyer par mail.
Je laisse passer le week-end et je la recontacte, ma facture à été transmise au service compta… fin de galère?
Je laisse passer une semaine et je recontacte le service compta… le virement est enfin arrivé sur mon compte, 2 mois après l’émission de la facture.

Ma conclusion

Ne pas se laisser faire, toujours être en position de force face à des cas comme celui-là. C’est facile à dire, mais beaucoup moins à faire face à des gens qui ont “l’habitude” de filouter (volontairement ou non).
Ensuite, ne jamais lâcher, c’est pas parce que c’est “transmis au service suivant” que c’est payé! c’est pas votre problème leur hiérarchie de payement, votre problème, c’est vos factures à vous qui courent et qu’il faut honorer parce que vos fournisseur sont moins sympa que vous… donc un paiement en attente est un paiement qui fait chier! Ne jamais lâchez tant que vous n’avez pas l’argent!